ACADEMIE DE MONTPELLIER

Contactez-nous

CTA 21 janvier 2019

Un CTA s'est tenu le lundi 21 janvier 2019 concernant les projets de répartition des moyens, prévision d'effectifs et évolution de l'offre de formation.

 

Me BOYER Jessica et M. EL OUARDI Karim sont nos élus en CTA. Pour toute demande concernant votre DGH, n'hésitez pas à contacter Me BOYER.

 

Ci-jointe la déclaration liminaire de vos représentants ainsi qu'un compte rendu.

GT 17 Décembre 2018 REFORME DU LYCEE

Vous pouvez télécharger le compte rendu du GT sur la réforme du lycée qu'a réalisé le SNALC Montpellier en cliquant ici :

 

Compte rendu du Groupe de Travail du lundi 17/12, relatif à la mise en place de la réforme du lycée

Le sujet du GT est la carte des enseignements de spécialité proposés par chaque établissement (AP tronc commun et orientation seront évoqués ultérieurement, tout comme la carte des options).


M. Le Ministre a demandé à avancer la publication de la carte des EDS. Le CTA est donc avancé à jeudi.


Ce projet de carte, qui sera voté jeudi, a été élaboré à partir de l'existant, en tenant compte de l'identité du lycée. Pour l'EDS numérique informatique : l’ouverture des sections a été guidé par les ressources humaines existantes, pour ne pas manquer d'enseignant après coup (si proposé en de trop nombreux endroits).
D’après l’administration, il s’agit d’un projet collaboratif avec les chefs d'établissements du public et du privé pour éviter toute mise en concurrence (la cartographie des etb privés sera communiquée lors du CTA, et la limite entre public et privé n'est pas hyper étanche : à la marge, il y a possibilité de complémentarité) …


Principes fondateurs des choix de l’administration:
- Favoriser l'offre la plus large possible y compris dans les établissements isolés
- Essayer d'assurer un équilibre dans l'offre des 4 spé rares: -souci de pragmatisme
-souci d'équité territoriale
- Assurer une complémentarité au sein du réseau/notamment dans les grandes agglomérations. L’idée est plus compliquée à mettre en oeuvre lorsque les établissements sont isolés (Le Vigan, Bédarieux…)


Objectifs affichés et discussions :
Eviter les phénomènes de concurrence + renforcer l'attractivité des établissements.


Le SNALC s’oppose à ce qu’une recherche de rationalisation et d’économies se fasse au détriment de l’équité territoriale : comment ne pas s’interroger sur l’égalité des élèves lorsqu’au Vigan aucun EDS hors socle n’est proposé alors qu’il y en a 3 à JBD ? Comment justifier que Joffre n’en ait aucun, par le fait que les élèves sont à quelques arrêts de tram des établissements offrant les EDS rares ? Admettons pour ce cas là, mais il est évident que les élèves des établissements reculés ne feront pas les km nécessaires pour suivre un enseignement qu’ils auraient pris s’il était proposé sur place. L’administration explique la possibilité de prendre le bus (impensable pour le SNALC : les edt sont déjà assez chargés pour ne pas rajouter du temps de transport dans la journée) ou d’avoir recours au CNED (de qui se moque-t-on ?)


Esperons que le travail sur les options et la carte des langues améliorera l’attractivité de certains établissements. Mais gardons à l’esprit que les options sont « financées » sur les heures de marge (8h par niveau en 1ere et Tle), et que leur mise en place est donc en concurrence avec les dédoublements…


Le SNALC a souligné et condamné la conséquence prévisible de cette réforme: une mise en concurrence des collègues au sein des établissements (comme ce fut le cas pour la réforme du collège) : silence de l’administration…


La question des moyens déployés a soigneusement été éludée par l’administration. La mise en place de la réforme dès la rentrée apparaît peu sérieuse et peu anticipée. Le flou est total et l’impréparation inquiétante. Au départ 11 spé étaient annoncées, puis l’arrêté de 16 juillet n’en a rendu que 7 obligatoires « dans un périmètre raisonnable »…


La formation des nouveaux enseignants, pour le numérique notamment, pose pb: les programmes ne sont pas encore votés, et il reste 4 mois pour former les collègues qui enseigneront à la rentrée… D’autant que l’administration centrale a annoncé une formation de 2 ans (en présentiel et à distance) aboutissant à un DIU (la formation est en cours de conception par la DEGESCO : il s’agirait d’une matière assez générale, pas besoin d'être spécialiste d'informatique… encore du flou…) ; selon quelles modalités ? quel remplacement pour les élèves sans prof ? A moins qu’il ne soit prévu de faire des formations pendant les vacances, auquel cas il serait nécessaire d’en informer les volontaires (candidatures à faire remonter par les chefs avant demain).


Quelques précisions pratiques :
- Les élèves pourront prendre 2 spé rares (sauf artistiques) en même temps, voir 3 selon modalités d’organisation.
- Aucun seuil n’a été avancé pour pouvoir ouvrir un EDS.
- Pas de nombre minimum d’élève par section, le choix se fait au trimestre 2
- Par contre, principe de réalité. Quel sens à enseigner à 3, 4, 5 élèves ?
Les DGH seront communiquées à la fin de la première semaine de janvier, comme d'habitude à Montpellier.
- Dans le cas des EDS multi-matières : l’idée est de faire avec l'existant pour limiter les suppressions de postes, d’où le refus de l’administration centrale de flécher les programmes avec précision. Ces disciplines seront vraisemblablement utilisées comme des variables d’ajustement, sauvegardant les postes mais « obligeant » de fait la mobilité fonctionnelle (comprendre qu’on proposera aux collègues d’enseigner une autre discipline en plus de leur matière, ou de voir leur service partagé sur différents établissements…)
- Sur LCA, le rectorat plaide pour le volontarisme dont il a fait preuve : on a ouvert plus que le constat de départ.
- Pour numérique et informatique, il y aura une « montée en charge » au cours des années à venir. Le rectorat compte beaucoup sur la mutualisation (avec des conventions).


Conséquences sur les DHG partagées ? Pas un pbm pour l’administration…


Remarques sur les différents réseaux :


1) Réseau Carcassonne:
Limoux, de l'aveu du Secrétaire Général, est difficile à mutualiser.
12 élèves seulement y font latin/grec en obligatoire et facultatif, cet enseignement est donc en danger.


2) Réseau Narbonne Béziers
Problème de LCA sur Narbonne: Béziers trop loin et pas LCA à Beauséjour!!
L’administration a indiqué que si une option n'est pas offerte dans le public, elle n'est pas offerte dans le privé. Par contre l'inverse est possible.


3) Gard nord
Le Vigan: disparition de l'enseignement art pla obligatoire, plus d’EDS rare dans cet établissement.
Villeneuve les Avignon: mutualisation avec Avignon envisagée, les collègues n’y sont pas favorables: calendrier de vacances? Moyens sur différentes académies?


4) Gard sud
Camus Nîmes: oublié? Quid du privé?
Dhuoda: offre pauvre, tous les EDS du tronc commun ne sont pas proposés –> Admin: un changement progressif du profil de l'établissement est envisageable par un jeu d'options
particulier.


5) Centre Hérault
- Petites complémentarités sur Sète
-Ailleurs, c'est compliqué, administration : « on en est bien conscient ».


6) Montpellier
Quel avenir pour Combes?
Clemenceau: - NI donné pour le rendre plus attractif
- musique et danse (hors EDS) gardés
St Clément de Rivière: pb. de place pour augmenter les effectifs.
Nouveau lycée dans 4 ans dans au sud-ouest de Montpellier?


7) Réseau Lozère
SES existe actuellement à St Chely d'Apcher dans le privé alors que non proposé dans
l'établ. public.
Concurrence très exacerbée entre les 2 établissements. Difficile d'imaginer que la proposition de mutualisation obtiendra l'adhésion des parents. L’option va-t-elle être fermée dans le privé ?


8) Réseau Perpignan
Font Romeu et Bourquin ont dit qu'ils n'étaient pas prêts pour NI: ok à l'horizon 2020
Prades: quid des élèves en art?